Strip for me, baby

Non, ce n'est pas le titre d'un article croustillant. Juste une façon accrocheuse d'introduire un nouveau petit bricolage, permettant de se fabriquer à bon compte ce qu'on appelle une "strip box" en anglais, ou si vous préférez une boîte à lumière allongée, utilisée notamment (mais pas exclusivement du tout) pour l'éclairage latéral arrière en portrait. A nouveau, pas de gros investissement en vue mais un rien de couture en prime, histoire de compliquer un brin les choses. Le résultat est plutôt probant et je crois assez difficile à battre dans sa catégorie en termes de rapport qualité/prix. Petit tour donc à nouveau du côté des éclairages de studio, bien que le dispositif soit sufisamment peu encombrant et léger que pour être utilisé aisément en extérieur pour ceux qui le désirent. Et dire que tout ça est fait à partir d'une jardinière et de bouts de tissus...


Au début était donc la jardinière sur l'étagère du magasin de jardinage. Puis vint l'acheteur photographe. Et la lumière fut... du moins elle arriva peu de temps après. Choississez pour commencer la jardinière la plus longue que vous puissiez trouver (80 cm en l'occurence). Faites une découpe sur l'une des faces courtes qui vous permettra de passer la tête de votre flash (prudence, le plastique a tendance à être cassant, allez-y progressivement). La jardinière étant munie de tétons en son sein sur sa face intérieure, ceux-ci vous serviront à fixer une barre par l'arrière, comme nous le verrons plus loin. L'intérieur devra être dépoli, enduit d'un primer pour plastique puis recouvert à la bombe d'une peinture chromée. Fixez également un morceau de bande de velcro à la même hauteur de chaque côté, ils nous serviront à attacher plus tard un voile diffuseur.


Côté pile, nous allons fixer une barre courant le long de la face arrière de la jardinière. Pour ce faire, choississez une barre creuse en aluminium de 16mm de diamètre extérieur et d'une épaisseur de 2 mm pour plus de résistance (1 mm est un choix défendable, mais il faudra prendre garde à ne pas trop serrer quand on fixera le tout). Soyez très précis pour l'alignement des trous à percer dans la barre, sous peine de devoir forcer pour la fixer sur la boîte (ce que le pastique n'aime pas beaucoup). Pour un look final plus professionnel mais surtout pour éviter les retours de lumière intempestifs, enduisez la face extérieure d'une peinture noire mat (toujours après avoir dépoli et passé au préalable une couche de primer pour plastique). Idéalement, la barre devrait elle aussi être peinte, ce qui na pas été fait ici. Placez enfin le tout sur un trépied. Comme vous le constaterez, 16 mm est le bon diamètre qui vous permettra de fixer l'ensemble sur une rotule. Collez ensuite tout le long du contour extérieur de la boîte une bande de velcro. Elle nous servira à attacher le tissu diffuseur externe de la boîte à lumière.


Pour la fixation du flash, afin de faire simple, nous allons coller une ou plusieurs épaisseurs de mousse de manière à pouvoir y déposer et sécuriser le flash. La fixation du flash peut être réalisée en collant sur un morceau de sangle du velcro aux extrémités (et donc deux bouts de velcro aussi sur la boîte). Idéalement, le tout ne doit pas trop bouger, mais le fixer de manière forte n'est pas a priori vraiment nécessaire, sauf si vous comptez danser avec la jardinière. Vous pouvez jouer sur l'angle de la tête de flash pour coincer au mieux le tout et vous assurer que la tête est dirigée parallèlement au fond de la boîte.


Il ne vous reste plus qu'à faire un premier essai pour vous rendre compte que, sans face avant, la lumière est tout sauf homogène, bien entendu. C'est là qu'intervient la partie couture. Dans un bout de voile, taillez une bande de la longueur de la jardinière et cousez au bout deux bandes de velcro. Le tout sera accroché aux deux velcros intérieurs et fera office de premier voile diffuseur, destiné à répartir une première fois la lumière. A présent, dans un bout de drap blanc, coupez une bande de tissu qui devra recouvrir toute la face avant de la jardinière. Cousez également des bandes de velcro et essayez d'avoir un tissu tendu et sans plis (pas trop comme sur la photo donc, mais on peut repositionner le tissu au besoin grâce au velcro).


Le bricolage est à présent achevé. Une mesure faite au flashmètre à 1 mètre de distance de la face externe donne 1/125 s à f/5.6 (ISO 100). Ca devrait largement suffire pour un usage de type lumière arrière, je pense. Une photo de la face avant de la boîte prise à f/22 montre que la lumière est très raisonnablement homogène, même s'il y a un point chaud près de la tête de flash. Ca reste très acceptable cependant, je pense. En plaçant la boîte à lumière face à un fond, on peut se rendre compte de l'effet. Si l'on souhaite limiter la diffusion de lumière latéralement, il faudra équiper la boîte de volets coupe-flux que l'on peut aisément fabriquer dans des bouts de carton ou, mieux encore, dans des morceaux de plastique rigide (noir si possible). Il sera aisé de les fixer sur les bords de la boîte à l'aide de simples pinces à papier. Remarquez que la boîte ne semble plus rectangulaire sur les photos : ce n'est pas un effet de déformation optique, mais juste la tension du tissu qui a tendance à courber la boîte vers l'intérieur. Si cela vous gêne, il vous faudra mettre un renfort central en travers dans la largeur de la boîte, histoire de limiter cet effet.


Passons à présent à une courte illustration de l'un des usages courants pour ce type de boîte. Dans la foulée, j'ai fabriqué deux strip boxes à l'identique, chacune placée ici à 45° arrière gauche et droite, à environ 1.5 mètres derrière moi de part et d'autre (le fond de papier gris moyen est quant à lui éclairé à l'aide d'un troisième flash posé au sol et muni d'une gelatine 1/2 CTB.


Il n'y a pas d'éclairage avant, juste histoire de ne pas être reconnu par le vendeur du magasin qui se demande ce que je peux bien faire pendant 1/2 heure chaque week-end à mesurer tout ce qu'il y a dans ses rayonnages (*). On peut donc aisément remarquer la lumière de contour qui s'étale de manière homogène de la tête jusqu'au bassin, ce qui équivaut environ à la longueur de la boîte à lumière si vous n'êtes pas trop grand. Notez que vous pouvez également utiliser une telle boîte à lumière pour un éclairage de fond dégradé, simplement en la posant à même le sol parallèlement au fond. Vous obtiendrez alors un vignettage naturel de bas en haut sur votre fond. Voilà, c'est terminé. Je remercie au passage ma douce moitié pour le temps passé devant la machine à coudre. A très bientôt pour de nouvelles aventures, le temps qu'elle se repose de manière bien méritée. Et ne lui dites surtout pas que j'ai déjà d'autres idées en tête.

 __________
(*) on peut constater qu'il semble y avoir un léger débouchage magré tout, ainsi qu'un reflet sur le sommet de la tête; ceci est dû au fait que le studio est très petit et le plafond très bas, ce qui ne permet pas de complètement empêcher une partie de la lumière de revenir par l'avant ou par le dessus, même si les murs sont recouverts de draps noirs pour limiter ces retours.

0 commentaires:

Publier un commentaire