Les ancêtres

Même si l'on n'est pas un fanatique de voitures ou de sport mécanique, on ne peut qu'être admiratif devant le talent que mettaient certains constructeurs à réaliser ce qui s'apparente au final à de vraies oeuvres d'art sur le plan esthétique. Oublions la pollution et les méfaits de l'automobile tels que nous les vivons au quotidien. Faisons table rase de nos opinions pour quelques heures, juste le temps de réaliser cette série d'image au musée de l'automobile de Bruxelles.

Par une très moche après-midi d'un samedi, c'est à trois que nous décidons d'aller écumer Autoworld, un temple dédié à la voiture de ses origines jusqu'à nos jours. La collection est mise en valeur dans un espace de plus de 2000 mètres carrés, sous une immense verrière très imposante de la même superficie. Le bâtiment en lui-même vaut sans conteste le détour. Mais nous sommes là à trois pour les voitures, équipés de pieds afin de tirer le portrait de quelques détails de carrosseries. La lumière dans le hangar n'est pas au rendez-vous, mais les reflets parasites, eux, le sont. On va gérer.



Un rapide tour de repérage accompli, les premiers détails apparaissent comme par enchantement. Pierre en profite pour remarquer qu'un buffet se met en place et cherche déjà à savoir s'il peut y participer. C'est ce qu'on fera d'ailleurs tous ensemble à la fin de la visite, en tout bien tout honneur puisque tous les visiteurs y étaient conviés.


Parmi les plus belles pièces, une magnifique Chrysler et une non moins magnifique Jaguar, dont les calandres dégagent un je ne sais quoi d'Alien. Des courbes très organiques et un soin apporté aux détails dont on ne peut plus que rêver de nos jours. D'autres voitures plus récentes aussi, aux lignes très épurées, partagent le hangar bien rempli.


Si vous comptez visiter le musée et y faire des photos, mieux vaut venir un jour où le temps est clair, en évitant le soleil de midi qui passe à travers la verrière et tombe sur les tôles lustrées, transformant certaines d'entre elles en de véritables miroirs. Mais pour qui aime jouer avec les reflets, c'est un petit paradis. Un pied est indispensable si vous souhaitez disposer d'une bonne profondeur de champ. Vous ne pourrez pas vous approcher de toutes les voitures, l'usage d'un téléobjectif peut donc s'avérer très utile.


Nous terminons la journée au buffet, sobrement puisque l'on n'y sert que du café et des biscuits, au son d'un orchestre mexicain. On n'a toujours pas compris en quoi la Cucaracha (si, ils l'on fait !) jouée à grand bruit dans le hall qui résonne pouvait satisfaire l'oreille des visiteurs. Pas grave, le café est bon, c'est déjà ça. A votre santé !

0 commentaires:

Publier un commentaire