Traitement de choc

Beaucoup de photographes - du moins pas mal de ceux que j'ai rencontrés - affichent une certaine condescendance amusée lorsque vous leur dites que vous faites de super photo avec votre téléphone portable. En effet, même si les capteurs de ces appareils s'améliorent lentement mais sûrement, il restera toujours un gouffre entre ce que peut offrir ce type d'engin et un "vrai" matériel. Est-ce pour autant qu'il faut renoncer à toute tentative de produire quelque chose d'autre que les photos en gros plan de son hamster (avec les yeux rouges à cause du flash, bien sûr) où celles des barquettes de viande dans cette grande surface, pour montrer à vos proches combien le prix de la vie a augmenté. (*)

Pour ma part, je ne suis pas de cet avis, pour autant que l'on force la dose et qu'on laisse partir son imagination en roue libre, voire en vrille. Et que peut-on rêver de mieux que son téléphone pour se tirer des autoportraits (qu'on trouvent d'ailleurs sur le web jusqu'à en avoir la nausée). Le secret de l'excès le plus total, c'est le traitement.



En clair, ce sont tous les sévices que vous ferez subir à cette bête photo de votre tête, grâce à la multitude de filtres à appliquer à la hache, tels que ceux que l'on trouve dans Instagram (entre autres). Il y en a pour tous les goûts, bon ou mauvais. Luxe supplémentaire, on peut en enchaîner plusieurs jusqu'à rendre la photo de départ franchement méconnaissable.


Et même si la qualité n'est pas au rendez-vous, les photos étant inexploitables pour une impression, c'est jubilatoire et joyeusement iconoclaste. Ci-dessus quelques exemples de photo, toutes réalisées sans artifices mais lourdement traitées. Le tout a été fait sur un téléphone, et rien d'autre que ça. Bye bye les appareils reflex, les ordinateurs coûteux, les écrans à calibrer, etc. etc.

Je vous laisse, je crois que j'ai un appel en absence sur mon appareil photo.  

__________
(*) notez qu'il n'y a pas de lien entre le hamster et les barquettes de viande; cela aurait été un cheval et des lasagnes, cela aurait peut-être été différent.

0 commentaires:

Publier un commentaire