Un modèle d'exception

Le shooting, c'est la dose du photographe drogué. A l'intérieur ou à l'extérieur, seul ou en groupe, pour du portrait ou pour d'autres choses. Et quand on fait du portrait, on a forcément besoin de modèles. Certains photographes se tournent d'emblée vers des professionnel(e)s via le web ou des agences de mannequins, pour des raisons de facilité et d'efficacité, à condition que les moyens suivent. Etre modèle, c'est un métier et on vous dira que ça ne s'improvise donc pas. Si votre intérêt est de prendre en photo de jeunes et jolies filles nues ou habillées (mais qui même habillées dans un sac poubelle et cadrées de travers paraîtront toujours belles), c'est la voie royale. Si vous êtes fauché, êtes intéressé par des choses plus intimistes et ne recherchez pas forcément des modèles féminins parfaits, il vous reste à dénicher les perles rares qui sont autour de vous.

Etre modèle est un métier, mais comme tous les métiers, on peut en apprendre les bases élémentaires et arriver à produire quelque chose de valable. Mais dans ce domaine-là, tout le monde n'est pas forcément logé à la même enseigne. Savoir prendre la pose naturellement sans surjouer, avoir une grâce et une présence naturelle ou encore avoir une vraie gueule, ce n'est pas forcément donné à tout le monde. Alors quand vous avez autour de vous un ami photographe qui accepte de jouer le jeu pour vous faire plaisir et que vous découvrez en lui un vrai potentiel, c'est un bonheur.



Marc est l'un de ses amis dont vous vous félicitez chaque instant de sa présence, que ce soit derrière ou devant l'objectif (ou autour de plusieurs verres aussi). Photographie, céramique (*) et ornithologie sont ses passions. Nous partageons tous deux le goût des ambiances nocturnes (mais pas celles des piafs, non Marc, n'insiste pas). C'est donc le soir ou dans des lieux sombres que je l'emmène dès que l'occasion s'en présente. Quand on habite une ville à l'éclairage urbain abondant, ce ne sont pas les endroits qui manquent, et on peut voyager léger sans beaucoup de matériel d'éclairage, en se servant de ce qu'il y a autour de soi la plupart du temps, à condition de savoir un peu comment s'y prendre. Les stations de métro, les gares, les sculptures publiques aux éclairages parfois étranges sont autant de plaines de jeu qui n'attendent que d'être utilisées, pour autant que les gardiens des lieux ne vous en chassent pas (ce qui arrive parfois, il faut s'y habituer et prévoir de travailler très vite, même si l'on ne fait rien de mal, puis quitter les lieux sans discuter).



Ce qui fait de Marc un modèle incomparable à mes yeux, c'est sa présence naturelle sur toutes les images que j'ai pu réaliser grâce à lui. Pas besoin de poses particulièrement élaborées pour que chaque image soit rehaussée et prenne beaucoup de profondeur quand il y apparaît. Et ce qui fait aussi de Marc un ami irremplaçable, c'est à la fois sa gentillesse vraie, sa bonne humeur indéfectible, sa simplicité et sa sincérité, ainsi que sa disponibilité que je mets parfois à rude épreuve. Alors, Marc, je te l'avais promis, voici un petit article présentant une sélection de quelques-unes des images que nous avons pu réaliser ensemble et que d'autres apprécieront, je l'espère. Et c'est bien peu de chose pour te remercier d'être tout ce que tu es à la fois. Pour faire plus viril et court : Marc, tu est un vrai pote !



Un tout dernier conseil pour ceux qui seraient tentés par l'expérience des modèles improvisés : entre un modèle et un photographe, il faut qu'une confiance et une certaine complicité s'installent. Si la personne pressentie n'est pas d'emblée l'une de vos connaissances proches, ne l'emmenez pas dans les rues obscures et désertes pour votre premier shooting, comme je l'ai fait ici. Acceptez aussi que quelqu'un qui n'a pas l'habitude de poser sera - c'est bien compréhensible - mal à l'aise et peu naturel devant l'objectif (sauf si de nature particulièrement exubérante, mais ça non plus ce n'est pas forcément un avantage). Prévoyez donc que le premier shooting puisse être une catastrophe complète et préparez-vous mentalement à cette éventualité, en gardant toujours le sourire même si votre modèle pose a priori comme une bêche. Expliquez, montrez ce que vous voulez obtenir, et n'hésitez pas à prendre sa place l'espace de quelques instants, un exemple valant toujours mieux qu'un long discours. Et si vous n'arrivez pas à diriger un modèle amateur, et bien, faites comme lui : apprenez sur le tas. Quand vous arriverez à un résultat, vous aurez tous les deux l'entier bénéfice de cette satisfaction. Poser, cela s'apprend, et faire poser également, en lisant ce que d'autres en disent et en regardant ce qu'ils font. Alors, à vos livres/ordinateurs, partez !

_____
(*) L'atelier Curcuma, repère à Bruxelles de personnes sympathiques et chaleureuses : http://curcuma.over-blog.fr/page-3152969.html

0 commentaires:

Publier un commentaire