La toute première fois

Rien de licencieux, non, et pas de souvenir nostalgique de la jeunesse déjà lointaine du photographe non plus, mais une grande première fois en combinant toute une série de petites premières fois : l'utilisation de notre nouveau studio (pour ceux qui n'ont pas suivi, c'est ici), la mise en place d'un plan d'éclairage de type high key qui n'aurait été que très difficilement réalisable dans l'ancien studio faute du recul important qui est nécessaire, et le plaisir aussi de photographier un nouveau modèle amateur bourré de charme, d'humour et de spontanéité. Et pour l'occasion, sortie du flashmètre de son étui et du ventilateur de sa cave afin de tenter de faire les choses dans les règles de l'art. Pour du high key, il vous faut de la lumière. Beaucoup de lumière. C'est donc aussi le grand jeu pour les éclairages. La totale, je vous le disais. Mais de belles heures de plaisir partagé avec le modèle et une petite sélection de clichés, parmi les nombreux pris lors de cette séance.

Au-delà des apparences souvent trompeuses, l'éclairage de type higk key n'est pas la chose la plus facile à mettre en place. D'une part parce qu'il vous faut éclairer abondamment le fond (et donc disposer de sources lumineuses en sus de celles qui sont utilisées pour le modèle), et d'autre part parce que l'obtention d'une lumière douce sur le sujet nécessite un réglage fin des éclairages. Je ne suis pas un fervent adepte du flashmètre, même si je sais m'en servir, mais j'admets que l'utiliser vous facilitera énormément la vie ici. Pour le fond, deux simples spots de 200 Joules disposés de part et d'autre et munis d'un bol réflecteur font l'affaire. Le flashmètre vous permettra de vérifier l'uniformité correcte de la lumière sur le fond et de vous assurer que celui-ci apparaîtra parfaitement blanc sur les photos. Pour le modèle, deux autres éclairages de 400 Joules dans de grandes boîte à lumière (l'une de face et l'autre à 45° pour cette série) doivent être réglés de manière à délivrer une puissance qui ne vous donnera qu'un faible rapport d'éclairage (2:1 pour cette série) entre les parties les plus claires et les plus sombres. Là aussi, le flashmètre vous facilite clairement la vie sans avoir à tâtonner. Tout a d'ailleurs été réglé avant la séance et aucune modification n'a plus été apportée ensuite. Les photos ont ensuite toutes été faites à f/8 ISO 200.


Le fait de disposer d'une lumière très douce offre au modèle une large marge de manoeuvre pour bouger, tourner la tête, ou simplement gesticuler si le besoin s'en fait sentir, tout en évitant quand même de tourner la tête dans la direction opposée aux éclairages. Ce ne serait pas du tout le cas avec des éclairages plus contrastés, qui n'acceptent pas beaucoup de fantaisie quant à la position du modèle et à la bonne orientation de son visage. Et ça tombe bien, parce que Magali aime bouger, beaucoup bouger. A vous de gérer ça et de capter les bons moments, moyennant quand même quelques demandes expresses du photographe pour figer la pose quelques instants. Oui, Magali, promis, juste quelques instants.



Si vous comptez vous lancer dans ce type d'éclairages, juste quelques conseils basés sur une expérience acquise au prix d'échecs douloureux : penser à brûler le fond, oui, mais pas trop. Votre fond ainsi éclairé fait office d'une sorte d'immense boîte à lumière qui renvoie vers vous une quantité très appréciable de lumière. Il y a donc risque important de flare ou de voile sur la photo, avec des pertes conséquentes de contraste. Pensez également à bien éloigner le sujet du fond (au moins trois mètres ici), sous peine d'avoir une lumière de contour trop intense sur votre modèle, qui rendra très claires les limites du modèle, ces limites allant dès lors se confondre avec le blanc du fond.

Il me reste à remercier Magali pour qui cette séance était une première du genre et qui s'en est très bien sortie grâce à sa patience, et grâce à ce petit grain de folie sans qui Magali ne serait pas Magali et les photos n'auraient pas été celles-là.

0 commentaires:

Publier un commentaire