Sweet child of mine

Comme beaucoup de photographes amateurs, je crois, j'ai acheté mon premier appareil à l'occasion de la naissance annoncée de mes enfants. C'était l'occasion idéale de justifier une dépense sans même avoir à chercher une excuse (*). Mais c'est souvent aussi un point de départ pour la photographie, qui vous emmène alors bien loin de cette motivation originelle, jusqu'à vous la faire oublier. Quand ceci vous revient à l'esprit, ce n'est que justice d'appliquer ce que vous avez appris pour leur tirer le portrait.

Par un beau jour couvert comme seule la Belgique sait nous en offrir, une petit séance de photo improvisée avec mes jumelles lors d'une promenade, à nouveau en bord de lac (dont vous ne verrez toujours pas la couleur, ou alors un tout petit peu). Il faut dire que j'ai la chance d'avoir deux modèles d'exception, dont l'un est la doublure parfaite de l'autre, et vice-versa. By the way, pouvez-vous faire la différence entre elles sur ces clichés ? (**)


Photographier du portrait en extérieur sans aucun équipement requiert des conditions de lumière que l'on a de grandes chances de rencontrer dans ce pays, à savoir un temps couvert sans trop l'être sous peine d'avoir une lumière très plate. Si vous passez par la Belgique et que vous ne voyez pas ce dont je parle, c'est qu'il devait pleuvoir, puisque ces deux situations représentent la majorité des conditions météorologiques que vous pouvez espérer ici.


Quand il ne pleut pas, donc, les occasions ne manquent pas de sortir équipé de son plus simple appareil. Pas de flashes, pas de réflecteurs, mais ce n'est pas pour autant que cela vous dispense de trouver de bons arrière-plans. Selon votre goût, bien entendu. Pour moi ce sera avec de la couleur et du graphisme, si possible. Merci. Juste ce qu'il faut pour rehausser le plaisir. Enfin, le mien du moins, en espérant qu'il soit partagé.


Et bien entendu il vous faut aussi un modèle compréhensif, qui soit prêt à vous accorder du temps et à faire preuve d'un peu patience. Dans toute la mesure du possible, le modèle vous jurera obéissance totale et aveugle, ainsi qu'il fera preuve d'une admiration sans faille à votre égard, quel que soit le résultat que vous aurez pu obtenir. Il sera petit (vous pourrez le rattraper s'il cherche à s'enfuir), il n'aura pas son permis de conduire (s'il part en courant avec vos clés cette fois), et de toute façon il n'aura pas le choix parce que c'est vous le chef. Vous ne voyez pas très bien à quel modèle vous adresser ? Pensez à l'un de vos enfants, dans ce cas.


N'oubliez pas, photographes de tout poil : prenez le temps de faire des photos de vos enfants. Ils le méritent, et vous aussi. Par delà les images qui vous fascinent et vous emmènent courir les champs loin d'eux, le nez tourné vers l'horizon ou dans les fougères, il ne restera peut-être rien d'autre de votre travail que ce cadeau que vous leur faites. Si vous regardez vos images avec vos yeux, eux les regarderont avec leur coeur. Tous ces beaux clichés que vous stockez précieusement au fond de vos disques durs n'auront jamais autant de valeur que le témoignage de ces moments que vous leur aurez accordés pour les photographier, même s'ils vous paraissent très secondaires aujourd'hui. On ne peut pas fabriquer après coup des souvenirs que l'on a pas eus, et le temps passe très vite...

_____________
(*) Comme le disait Winston Churchill himself, "La différence entre un adulte et un enfant, c'est le prix de leurs jouets.". Un homme plein de bon sens, ce Winston.

(**) Il y avait un piège : même si elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau,  une seule des deux est présente sur ces photos :-). Promis, je m'occupe de l'autre aussi vite que possible.

0 commentaires:

Publier un commentaire