Dublin : côté ville et côté mer

Capitale de l'Irlande, Dublin mélange des genres bien différents qu'il est impossible de cerner complètement en un week-end. Et parler de l'Irlande après en avoir vu une si infime partie en l'espace d'un si court séjour, c'est un peu comme parler de la Guinness en ayant seulement visité son usine. Il y a plus dans cette ville que ce que vous pouvez en dire à l'aide de quelques photographies. L'accepter, c'est aussi retrouver la joie de ne même pas avoir à choisir ce que vous en montrez.

Il en va de certains billets comme il en va de certains événements : vous avez beau garantir que l'action s'est bien déroulée en respectant une unité de lieu et de temps, il n'est reste pas moins que vous faites face à une telle diversité de sujets que vous ne savez pas trop comment vous allez pouvoir en parler de manière à assurer un récit ayant un fil conducteur un tant soit peu clair. Mais peut-être qu'un certain désordre dans le propos permet de briser la monotonie, en montrant des images totalement différentes et apparemment sans aucun rapport, bien qu'elles aient toutes été réalisées par la même personne sur un intervalle de deux jours et à un même endroit du monde, à savoir lors d'un week-end à Dublin.


Au hasard des rues

La logique voudrait que des photos de voyage forment un récit cohérent, bien articulé et surtout illustratif de ce qu'est l'endroit. Ce serait probablement faisable au prix d'une sélection drastique au cours de laquelle des photos intéressantes passeraient à la trappe, car jugées trop éloignées du sujet principal. C'est certainement nécessaire si vous souhaitez parler de l'endroit. Ca l'est beaucoup moins si vous souhaitez illustrer ce qu'est le résultat d'un séjour de photographe, sans biaiser ce qu'est son travail. Et comme je ne suis pas (encore) payé par le National Geographic, j'ai toute liberté pour choisir cette seconde option.

Des graffs avec un inconnu

Des graffs avec une bien connue

J'ai un rapport ambigu avec les grandes villes. Je les aime pour l'ambiance qu'elles offrent et les opportunités presque infinies qu'on y rencontre, mais j'éprouve aussi de plus en plus le besoin d'en sortir et de goûter à des environnements plus sauvages, où la main de l'homme n'a pas trop mis le pied, en fuyant l'agitation constante des centres urbains. Dublin est l'exemple même de cette possibilité qu'il y a à pouvoir combiner ces deux aspects. En l'espace de quelques kilomètres, vous passez des rues bruyantes d'une capitale de plus d'un million d'habitants (dont la moitié de la population n'a pas plus de 25 ans) aux falaises escarpées et désolées d'un bord de mer. 


Dublin à la nuit tombante

En fin de compte, peut-être est-ce en fait rendre justice à cette ville que d'en montrer des aspects aussi variés ? Ou alors est-ce rendre justice à la liberté de photographier, tout simplement ? Je peux en tout cas vous dire que cette expérience risque d'être renouvelée. L'âge avançant, je suis en effet bien décidé à prendre du temps pour d'autres voyages dans un avenir très proche. Parce qu'au plus votre vie avance, au plus vous savez que ce qui est le plus essentiel dans votre existence, c'est ce qui était encore le plus accessoire dans votre planning du jour précédent : ce que vous ne vous accordiez pas le temps de faire. Vieillir a peut-être du bon après tout. Autant le voir comme ça.

Dans le port de Howth

Début de la promenade sur les falaises de Howth

L'ensemble des photos de ce séjour sont visibles dans cet album, tout aussi décousu que ce billet. J'espère que vous prendrez du plaisir à y retrouver des photos dans au moins l'un des genres que vous affectionnez : il y en a pour presque tous les goûts et vous seriez malchanceux si vous repartiez sans rien avoir trouvé qui puisse vous plaire. Promis, on remet ça très bientôt. Dans un autre pays, dans une autre ville. Et je ne sais même pas encore laquelle.

Vue sur le phare de Baily

Un moment de repos sous le vent

Avec une dédicace spéciale pour la seconde partie de ces photos à Claude, français rencontré par hasard dans une gare et adopté pour un jour par des belges. Lui qui ne vit pas très loin près de la mer, j'espère qu'il en retrouvera l'ambiance dans ces quelques images. Et une autre dédicace à une fujiste convaincue : toutes les photos ont été faites avec succès à l'aide d'un appareil Fijifilm X-T1. Trop cool.

0 commentaires:

Publier un commentaire